:
Retour vers le blogue
Général

Un saut de parachute: Les 60 minutes avant 60 secondes d’éternité! – Partie 2

Temps de lecture estimé: 12 minutes

Avez-vous lu la première partie? Commencez par lire la préparation d’un saut en parachute!

» (…) À ce moment-là, il y a 50 milles choses qui se déroulent dans ma tête. Mon cœur commence à battre très vite. Je ressens un mélange de peur et d’excitation. J’ai hâte et je n’ai plus hâte en même temps. Mes pensées se tiraillent entre elles! »  

Un instructeur de parachute et un invité tandem attendent côte à côte leur tour pour monter dans l'avion de parachutisme.

Pour me calmer un peu, je regarde dehors par le hublot; les paysages sont magnifiques! À 2500 pieds d’altitude s’entend le cliquetis des ceintures qu’on détache. Du coin de l’œil, je vois les instructeurs attacher à eux la première partie du harnais de parachute de leur client tandem. De mon côté, je repère la drop-zone et j’essaie de ne pas la perdre de vue…

Pendant la montée, je pratique des techniques de relaxation (yeah right!) et je visualise mon saut à nouveau. De temps en temps, je regarde mon altimètre pour savoir à quelle hauteur nous sommes rendus. Vers les 8000 pieds, un coach certifié vérifie mon parachute pour une 3e fois… Moi, je vérifie encore mes poignées dans l’ordre.

Des instructeurs tandem assis dans l'avion sécurisent les harnais de parachute de leur passagère qui échangent des regards complices et fébriles.

Le stress commence à monter dans l’avion et pour évacuer, les gens poussent des cris de joie… Les instructeurs discutent avec leur passager, je les entends les rassurer et leur répéter le déroulement de leur saut. Ils finissent d’attacher et de serrer solidement les harnais. J’ai toujours une affection particulière pour les sauteurs tandems, ceux qui vont vivre leur premier saut en parachute… J’aime bien échanger quelques mots avec eux pendant ce moment suspendu dans le temps.

La fébrilité des dernières secondes avant le saut

Entre 11000 et 12000 pieds, c’est le moment du rituel… La poignée de main échangée entre les parachutistes pour se souhaiter un bon saut! Je ressens une grande fierté de faire « partie » de la gang!

Puis arrive (enfin? Hummm…) le moment fatidique! Le pilote crie « 2 minutes!»… Oh là là. C’est le point de non retour! Tout va très vite et très lentement à la fois. La lumière rouge s’allume, ça veut dire «Ouvrir la porte»… Là, j’entends le bruit du vent et les moteurs qui prennent toute la place, l’avion bouge un peu sur les côtés, je sens le froid et je ne tiens plus en place. Mon tour s’en vient et je devrai sortir de l’avion: Ça me tente et ça ne me tente plus… Osti qu’est-ce que je fais ici? Mais pourquoi je fais ça?

Une parachutiste novice accrochée à la barre de la porte de l'avion, à 13 500 pieds d'altitude, pointe l'école de parachutisme tout en bas, avant de sauter.

Puis, c’est au tour de la lumière verte de s’allumer… Là, c’est là que ça se passe, c’est le temps de sortir! Je vois le premier parachutiste s’élancer en dehors de la porte. Mon cœur fait trois tours dans ma poitrine! Aujourd’hui, nous devons sauter à 7 secondes d’intervalle entre chaque personne (ou groupe). Y’a plus de niaisage! Plus le temps de revenir en arrière.

Après eux, c’est MON tour! Je me lève, tout en restant accroupie, les jambes toutes molles, je viens m’installer devant la porte. Bizarrement, j’ai peur de tomber de l’avion… Ben oui! Semble-t-il que c’est normal pour bébé-oiseau!

Je jette un coup d’œil complice à la passagère tandem près de moi. Je lui souris de toutes mes dents et j’essaie de lui transmettre un peu de courage! Je regarde en bas, je cherche le terrain d’atterrissage qui a maintenant la grosseur d’une fourmi, tout ça en comptant (mille et un, mille et deux, mille et trois… mille et sept)… READY… SET…GO!!!!!!!

Une parachutiste novice saute de l'avion en faisant une culbute avant.

La chute libre: Enfin libérée de la peur!

Ça y est! C’est à cet instant précis que je me lance! Je suis dans le vide entre le ciel et la terre! Je regarde l’avion s’éloigner doucement.

Elle crée dans son sillage une colline de vent dans laquelle je prends ma position, ( »Arque, arque, arque! » que je me répète).  Ensuite? Je relaxe. Oui oui, je le jure! La peur est restée dans l’avion. C’est vraiment (mais vraiment) tout ce qui est écrit plus haut qui est le pire… Une fois dans l’air, je flotte et je tripe solide. En effet, rendu-là, c’est l’adrénaline qui contrôle tout! Je m’amuse: je fais des virages, je regarde les nuages à l’horizon… C’est solide comme sensation!

Un jeune passager tandem en chute libre accroché à son instructeur de parachute s'exclame de bonheur.

Après chaque manœuvre, je vérifie mon altimètre, car je chute à près de 230km/heure. Alors, au bout d’environ 1 minute, c’est le temps d’ouvrir mon parachute… Un autre rush d’adrénaline. J’ai hâte de voir que tout est ok… Le déploiement prend quelques secondes.

Une fois le parachute bien ouvert, c’est le bonheur dans un silence qui déstabilise. Je m’amuse encore dans le ciel, mais, d’une autre façon qu’en chute libre: des virages, des vrilles. Je garde le cap sur le terrain d’atterrissage où je vais commencer mon circuit et sur les autres parachutes qui s’amusent dans le ciel. Quelque part au dessus de ma tête, les passagers tandems flottent aussi: dans le vent et leur émotions!

Un homme à la barbe grise sourit à la caméra en faisant des thumbs up pendant que son instructeur pilote leur parachute jaune et bleu.

Je débute mon circuit et j’atterris tout doucement dans le gazon, avec un grand sourire dans la face et en lâchant un grand cri de joie!!!

QUELLE FIERTÉ!!!!!

Je ramasse mon parachute et en marchant dans le champ, je vois la dame à qui je souriais dans l’avion sauter dans les bras de son chum. D’autres passagers atterrissent doucement sur les fesses autour d’eux (comme c’est planifié en tandem). Je laisse ma voile aux plieurs, je remplis et fait signer mon carnet de sauts … Puis je retourne me manifester!!

Quatre passagers de parachute tandem bras dessus bras dessous dans le champ d'atterrissage posent pour la camera en souriant.

Difficile de décrire ce qui se passe à l’intérieur de moi… C’est l’équilibre parfait où je me sens en harmonie avec mon p’tit moi-même. Un moment où les sensations éprouvées sont un parfait échantillon de toute la gamme d’émotions que l’être humain peut vivre!

En y réfléchissant bien et pour répondre à la question de mon amie Lizanne, j’en suis venue à la conclusion que c’est l’adrénaline qui fait toute la job. Une fois qu’on sait outrepasser la peur, on découvre des ressources à l’intérieur de soi dont on ignorait la présence. Une fois que t’as réussi, que t’as atterri… Tu veux juste retrouver le goût du ciel encore et encore…

Articles similaires
Les 3 raisons qui vous convaincront d’offrir un saut en parachute pour la fête des pères!
Un saut de parachute: Les 60 minutes avant 60 secondes d’éternité! – Partie 1
3 raisons pour lesquelles un saut en parachute est le cadeau de fête des mères idéal!